Par : Luc Paquette   /   15 novembre 2019

 

Mes salutations,

Pour commencer ce dialogue socio-urbain durable et diplomatique,

Établissons ensemble les principes de cheminement pour en arriver à un consensus démocratique.

  1. Réfléchissez avant de réagir

La tendance dans une situation de conflit est de réagir immédiatement. Après tout, si nous ne réagissons pas, nous risquons de perdre notre chance. Afin de résoudre les conflits avec succès, il est important de réfléchir avant de réagir – considérez les options, pesez les possibilités. La même réaction ne convient pas à tous les conflits.

  1. Écouter activement

L’écoute est la partie la plus importante de la communication. Si nous n’entendons pas ce que les autres parties communiquent, nous ne pourrons pas résoudre un conflit. L’écoute active ne signifie pas seulement écouter ce qu’une autre personne dit avec des mots, mais aussi ce qui se dit avec l’intonation et le langage corporel. Le processus d’écoute active implique également d’informer le locuteur qu’il a été entendu. Par exemple, “Ce que je vous ai entendu dire, c’est ……”

  1. Assurer un processus équitable

Le processus de résolution d’un conflit est souvent aussi critique que le conflit lui-même. Il est important de s’assurer que la méthode de résolution choisie ainsi que le processus permettant de l’affecter sont équitables pour toutes les parties au conflit. Même la perception d’injustice peut détruire la résolution.

  1. attaquer le problème

Le conflit est très émotif. Lorsque les émotions sont fortes, il est beaucoup plus facile de commencer à attaquer la personne de l’autre côté que de résoudre le problème. Les conflits ne sont résolus que lorsque nous attaquons le problème et non les uns contre les autres. Quel est le problème qui se cache derrière l’émotion? Quelles sont les causes au lieu des symptômes?

  1. Accepter la responsabilité

Chaque conflit à ses côtés et il y a suffisamment de responsabilités pour tout le monde. Tenter de blâmer ne crée que du ressentiment et de la colère, ce qui accroît tout conflit existant. Pour résoudre un conflit, nous devons accepter notre part de responsabilité et éliminer le concept de blâme.

  1. Utilisez la communication directe

Dites ce que nous entendons et pensons ce que nous disons. Évitez de cacher la balle en discutant d’un problème. La meilleure façon d’accompagner ceci est d’utiliser “I-Messages”. Avec un “I-Message”, nous exprimons nos propres désirs, besoins ou préoccupations à l’auditeur. Les “I-Messages” sont un moyen clair et non menaçant de dire aux autres ce que nous voulons et ce que nous ressentons. Un “vous-message” blâme ou critique l’auditeur. Cela suggère qu’il ou elle est en faute.

  1. Rechercher des intérêts

Les positions sont généralement faciles à comprendre car on nous apprend à verbaliser ce que nous voulons. Cependant, si nous voulons résoudre un conflit avec succès, nous devons découvrir pourquoi nous voulons quelque chose et ce qui est vraiment important à propos de la question en conflit. N’oubliez pas de rechercher les véritables intérêts de toutes les parties au conflit.

  1. Focus sur le futur

Afin de comprendre le conflit, il est important de comprendre la dynamique de la relation, y compris l’historique de la relation. Cependant, pour résoudre le conflit, nous devons nous concentrer sur l’avenir. Que voulons-nous faire différemment demain?

  1. Options pour un gain mutuel

Cherchez des moyens de vous assurer que nous serons tous mieux demain que nous ne le sommes aujourd’hui. Notre gain au dépens de quelqu’un d’autre ne fait que prolonger le conflit et empêcher sa résolution.

Maintenant, citons et discutons d’un exemple ce déroulant devant nous.

Le cheminement critique du concept du Château Laurier d’Ottawa.

Selon les sources de Patrimoine Ottawa et de l’Ottawa CITIZEN.

Le 16 octobre dernier.

Le propriétaire du Château Laurier en appelle d’un comité de décision d’ajustement rejetant une partie du projet de la société visant à construire un ajout du côté nord de l’hôtel du patrimoine.

Patrimoine Ottawa en appelle également de la décision, s’assurant que le groupe de défense des droits fait partie de l’audience.

Le mois dernier, un comité du comité de compensation composé de cinq membres a rendu une décision qui refuse une demande de l’hôtel visant à réduire les marges de protection dans la partie nord-ouest de la propriété.

Selon la conception actuelle, l’ajout proposé par l’hôtel ferait saillie vers le parc Major’s Hill le long de 16,5 mètres de la façade de l’agrandissement. Le comité de dérogation a décidé que la superficie de l’ajout représenterait une augmentation de la densité sur le site et n’était donc pas «mineure».

Le comité a toutefois laissé une différence s’agissant d’un mur de soutènement prévu à l’intérieur de la zone de retrait au bord du parc Major’s Hill. La marge de recul obligatoire pour un bâtiment sur la propriété de l’hôtel est de trois mètres.

Michael Polowin, l’un des avocats représentant Heritage Ottawa, a confirmé que le groupe déposait également un appel auprès de LPAT.

Le groupe pense que la demande de dérogation mineure de Larco n’a pas été correctement soumise au comité de redressement, mais la procédure est importante car Heritage Ottawa pourrait être la partie à part entière dans un appel plutôt que de demander à être partie à l’appel de Larco, a déclaré Polowin.

Patrimoine Ottawa a été le principal groupe opposé à l’ajout proposé, en particulier à la conception de l’expansion controversée.

  1. Polowin, un expert en droit municipal possédant des années d’expérience dans la planification des appels, a estimé qu’une audience LPAT pourrait durer environ une semaine, mais que cela pourrait ne pas se faire avant avril.

Je nous invite en décembre à une discussion sous modération au sujet du design et du voisinage de projet d’UNESCO.

Architecturalement,

Prof. Luc L. Paquette教授

Membre du conseil d’administration de l’APA

Membre du comité d’architecture

RETOUR AU BLOGUE partager